Credo

Souviens-toi par-dessus tout, gamin, qu’écrire n’est pas difficile, pas douloureux, que ça jaillit de toi avec aisance, que tu peux balancer une petite histoire à toute vitesse, que lorsque tu le fais avec sincérité, c’est plein de grâce, animé d’une douce puissance, comme si tu étais un clavier doté d’un stock de littérature illimité, énorme, infini et riche. Ne l’oublie pas dans tes moments de doute. Ecris avec chaleur, vise juste, à l’américaine, fous-toi des critiques, fous-toi des thèses universitaires mortelles des professeurs, ils sont froids ; toi tu es chaud, tu es bouillant, tu peux écrire à longueur de journée ; souviens-toi de ça, gamin.

JKerouac, « Credo » in Underwood Memories, Coup d’envoi, 1941.

Répondre à Credo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s