Digressions à Saint-Louis

C’était dans le bus, direction Memphis, la cité du King, du whisky et des barbecues. Des paysages interminables, une route infiniment ennuyeuse, défilaient sous nos yeux fatigués. On venait de passer cinq jours mémorables à Saint-Louis, ville du Missouri, au cours desquels nous n’avions pas songé un seul instant à nous poser plus de cinq minutes devant une feuille blanche. À mesure que nous avancions à travers le pays, nous prenions un peu plus conscience de la difficulté prégnante à concilier expérimentation journalistique du terrain, délices imprévisibles du voyage et traitement littéraire ultra-subjectif. Exercice d’autant plus délicat, qu’il y avait en chaque personne rencontrée une part de romanesque à rendre presque convenue la lecture d’un bouquin de Norman Mailer ou d’un Hunter S. Thompson, le pape du journalisme gonzo. Tout ça à la fois était susceptible de nous rendre un jour prochain complètement cinglés. C’était dans ce bus, donc, que je reprenais soigneusement là où je l’avais laissé, le fil d’une prose secouée.

Lire la suite

Beale Street, Memphis

Il fut un temps héroïque où toutes les routes du Mississippi menaient directement à Memphis. Le delta irriguait la ville d’une musique populaire étrangement langoureuse et mélancolique interprétée par des musiciens noirs en provenance du Sud. W.C. Hancy est le premier à avoir écrit sur ce qu’il appelle « The blues ». Lors de ses observations, il note qu’ « à Memphis c’est à Beale Street que ça se passe ! ».

Lire la suite

Candice, Grandmother of the South

C’est d’abord sa longue chevelure argentée, descendant jusqu’aux bas des reins, que nous avons remarquée au loin ; Candice promenait ses trois chiens dans le quartier. Sur son T-Shirt noir était inscrit « I do bad things ». Seuls sa fière démarche et son abus du mot darling trahissaient quelque peu son statut social des plus élevés ; aujourd’hui à la retraite, elle était autrefois avocate.
.
Il y a six ans de cela, elle quittait le Texas pour suivre son mari Scott, professeur d’Histoire, dans cette ville où elle s’ennuyait toujours plus : « Je hais Memphis, je hais profondément Memphis. 80% des gens sont très sympas ici, mais ils en sont d’autant plus cons. La chaleur leur ramollit le cerveau, ce sont tous des limaces. » Elle s’était alors créée son propre monde, se plaisait-elle à penser, loin des mondanités et autres politesses qu’elle avait pourtant connues.

Lire la suite

Kristin Cassidy, artiste antique

« Excuse me, why does the Queen have a moustache please ? ». Voilà comment je décide d’aborder cette jolie fille au musée des échecs de Saint-Louis, qui griffonne alors une succession de feuilles d’arbre dans son carnet bleu nuit. Son sourire gêné laisse alors deviner qu’elle n’en sait rien, ou bien est-ce mon accent, toujours aussi mauvais. La réponse, je l’avais déjà : la pièce était à l’origine le conseiller du Roi. Je l’ai en fait volontairement coupé pour voir le reste de son carnet de dessins. « Artiste, ça me va plutôt bien » nous lance-t-elle quand on lui demande ce qu’elle fait à côté de son travail de médiatrice. Short à carreaux, bretelles vertes et chemise en soie fifties ; on aurait presque pu le deviner.

Lire la suite

Et la musique dans tout ça !!

Depuis notre départ de Détroit et jusqu’à nos dernières heures passées à Saint Louis, il n’y avait pas un jour sans. C’est complètement dingue, peu importe où tu te trouves, il y a toujours un truc à écouter. Et la descente du Mississippi ne fait que commencer, attends un peu d’entendre la suite.

Napo & Kant

No more posts.