New York Flashback – l’instant barré

Déjà, nous avions pris la mauvaise direction. Alors qu’on s’avançait vers Harlem-Est ce dimanche matin pour trouver une messe gospel, un type un peu louche nous interpella d’un « Happy sunday » jovial ! Sur le toit de sa voiture perle étaient alignés des produits de toilettes ; il se nettoyait le visage. A l’intérieur de celle-ci, ses affaires, un foutoir monstre, des cintres, un hélicoptère téléguidé, des barres de céréales, des chemises froissées, une couverture, des cartons. Voilà trois mois qu’il dormait sur le siège passager. Vingt-sept ans, pantalon aux genoux, ceinture de l’ouest. Après trente minutes à parler sur la route, nous continuions notre échange au coin de la rue, dans une cafét’ sans charme.

Napo et moi prenions chacun un jus de pomme. G, c’est ainsi qu’il se faisait appeler, commanda une assiette de pancakes. Aussitôt servi, il nous proposa d’en noyer un dans le sirop d’érable qu’il avait lui-même produit deux semaines plus tôt. Ce type que nous connaissions depuis moins d’une heure nous balança littéralement toute sa vie, sans interruption. Fils unique d’un grand avocat juif et d’une mère excentrique, il n’était pas vraiment le genre à vivre dans le besoin. Tous les mois, il recevait directement de l’argent de son père qu’il utilisait pour s’assurer un train de vie à la marge.
« Les États-Unis, pays des libertés ? » s’esclaffait-il en s’enfilant un autre pancake. « Bullshit ! J’suis jugé en permanence, un simple what’s up parait directement suspect. Regarde comment les gens se méfient d’tout maintenant. Les années 60, c’est fini tout ça ! »

IMG_20150707_181750

Mon assiette était vide et je restais là, le bide plein, à observer G. sans dire un mot, tout juste quelques hochements de tête à intervalle régulière. Évidemment je ne captais quasiment rien de ce qu’il était en train de se passer. Kant avait beau me traduire les passages les plus balèzes de la discussion, j’étais sidéré de voir un type parler autant. En gros, politique, informatique, Brooklyn, business, culture juive, voyages… Pendant que Kant griffonnait quelques unes de ses punchlines sanguines lancées ici et là, je prenais quelques clichés de la bouteille de sirop d’érable dont j’étais devenu complètement dingue. C’est à ce moment que le bonhomme se leva pour nous dire quelque chose comme « bougez pas les gars, je vais retirer de l’argent et je rince ! » tout en se précipitant vers la sortie.

IMG_20150707_182629
Dans nos têtes, ça fuse direct : GOD DAMN ! Ce junkie est en train de nous planter.
Resté entrouvert, son sac nous laissait alors apercevoir clairement un paquet de chips moutarde, un trousseau de clés rouillées, quelques pièces de monnaie et une seringue peut-être bien usagée. Dans nos têtes, ça fuse direct : GOD DAMN ! Ce junkie est en train de nous planter, il doit sûrement faire le coup à tous les gogos dans notre genre. Dans deux heures, il repassera chercher son barda, ni vu ni connu. Pendant bien vingt minutes, on se trouvait quand même bien naïfs dans nos chemises preppy et nos chaussures de marche New Feel. Puis, on a fini par se dire qu’on avait passé là un drôle de moment qui allait en faire rire plus d’un au pays. Et alors qu’on s’apprêtait à payer l’addition, on vit G. débouler et reprendre sa place parmi nous. Il avait troqué son t-shirt bleu contre une chemise à motifs des plus surprenantes. Nos yeux grands ouverts ont assisté hallucinés à cette scène bien barrée où celui-ci nous remit un coquillage et un chargeur chacun, emballés dans du papier cadeau, pour nous remercier de s’être arrêtés aussi spontanément.
IMG_20150615_020552
En le quittant, les derniers mots d’Albino Korea, le chauffeur de taxi, nous revenaient : « Surtout, ne faites jamais confiance à un New Yorkais ». Ils nous semblaient bien loin à ce moment-là.
Napo & Kant

Répondre à New York Flashback – l’instant barré

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s