L.A. en solo – Partie 1

C’était inévitable. Et après tout, comment ai-je pu penser à un moment qu’il en serait autrement. Je m’explique. Voilà un mois et demi que j’ai réservé mon billet d’avion pour Los Angeles, précisant à Kant et Napo qu’ils devraient organiser leur road trip depuis New York City de sorte à ce qu’ils soient le lundi en Californie.

Pourtant, la veille de mon départ, je reçois un appel de Napo. Il a sa voix des grandes circonstances, un peu chevrotante et mal assurée. Pas la peine d’en dire plus, j’avais déjà saisi le topo. Les deux loustics restent fidèles à leur réputation, forgée à Paris où mes colocs pouvaient me faire poireauter 45 minutes à un rendez-vous alors que l’on partait théoriquement du même point. Sur ce coup, ils n’y étaient pas pour grand-chose ; le radiateur de leur voiture a pété au milieu de nulle part pendant une virée au Texas. Ils ne seront à Los Angeles que le mercredi soir.

Voici le point de départ d’un voyage dans le voyage, que je devrai faire en solitaire. Je connaissais le nom de mon hôte couchsurfing et son adresse, mais puisque c’était Kant qui avait géré cette affaire, pas sûr que lui connaisse mon existence. Sur le pas de ma porte, je sais d’où je pars, par contre savoir où je vais est moins évident.

Une blatte a l’air de s’éclater à faire le tour de la salle de bain.

20 heures et une escale à Boston plus tard, l’aéroport de LAX me recrache, lessivé. Je saute dans un taxi-van partagé. Brunswick Avenue, numéro 3540, je crains encore de trouver porte close. De la lumière et un chat obèse à la porte m’assurent finalement de trouver une présence humaine et un toit pour ma première nuit en Amérique.

Je pousse la porte, David déboule de la salle de bain. L’accueil est étrange : sans fioriture mais teinté d’une gêne partagée. C’est mon premier contact avec un Américain dans son jus. Ce sexagénaire, gay, a le regard un peu vitreux, des cheveux mi-longs rassemblés en une queue de cheval. Un mix entre Rust Cohle de True Detective et le Dude de Big Lebowski.

IMG_20150802_103259

L’appartement est également digne de l’anti-héros des frères Cohen. En plus de l’odeur du chat qui venait de se soulager, la pièce principale sentait la moiteur qui tâche aux murs. Une blatte a l’air de s’éclater à faire le tour de la salle de bain. Dans le frigo, une cinquantaine de sauces condiments de toutes les couleurs qui ont pour fonction d’agrémenter des viandes-plastiques sous cellophane.

Dans sa Toyota Corolla, les mots se font rares. Il faudra attendre le Carly’s Burger pour que les langues se délient. Entre deux énormes gorgées de soda, David m’explique qu’il est un ancien patineur pro de Roller Derby. Plus tard, il me montrera des vidéos de ce sport à la fois kitsch mais violent. De nombreuses blessures l’ont poussé à arrêter sa carrière. Depuis il ne fait plus rien, se satisfaisant de la petite pension versée par l’Etat.

Homme de peu de mots, préférant passer ses longs après-midis dans sa chambre à enchaîner les films et à faire « quelques trucs » , il avoue en toute franchise se sentir seul alors qu’il vit dans une des plus grandes mégalopoles du monde depuis 1973. « Ici il faut être jeune et beau pour intéresser les autres ». Le couchsurfing semble lui avoir redonné un second souffle. Rencontrer des jeunes voyageurs a piqué sa curiosité. C’est par exemple grâce au récit de l’un de ses hôtes qu’il a eu envie d’aller au Burning Man pour la première fois de sa vie, lui qui n’avait jamais fait de camping et n’a jamais mis les pieds dans un des parcs nationaux de Californie.

Moi c’est ma grande première en Amérique et je ne manque pas de curiosité. Demain j’irai explorer Downtown.

Mat

Lire la deuxième partie. >

Répondre à L.A. en solo – Partie 1

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s