Autoradio – Face B

On retourne le disque et on se laisse transporter par la suite de la bande-son de notre road-trip californien.

(Prituri Se Planinata) – Yosemite Park, Porcupine Campsite, Road 120.
On s’attendait à la bagarre. En juillet, les campings du Yosemite, c’est un peu premier arrivé, premier servi. Alors quand notre bonne étoile continue de briller et nous sert un emplacement sur un plateau d’argent, on ne se prive pas de faire les malins en paradant avec ce son à fond, les fenêtres baissées, célébrant ce triomphe sans aucune modestie. Pas la peine de remercier le ciel, on sait que les bondieuseries dans ce domaine ont un taux de réussite très aléatoire.

Raphaël (Versailles) – Yosemite Park, Glacier Point, Road 46.
Les pins en contrebas de la route escarpée donnent un effet vertigineux. Plus on monte, plus on approche du soleil et de sa lumière crue. On pense aux potes qui sont au pays, on essaie de trouver une chanson qui corresponde à chacun d’eux, comme Raphaël pensait à Guillaume Depardieu.

Alain Souchon (Et Si En Plus Y’a Personne) – Entre Yosemite Village et Porcupine Campsite, Road 120.
Alain, l’amour, la machine, Jim, les foules sentimentales, tout ça, tout ça. Mais le tube de la Souch’ qui reste en tête c’est cet hymne qui correspond tellement à la France post-Charlie Hebdo. Les enjeux nationaux nous rattrapent alors qu’on se sentait jusqu’ici coupés de toutes ces préoccupations. On s’en remettra c’est sûr, mais quand les choses sont exprimées ainsi, la pommade passe beaucoup mieux.

Pas la peine de remercier le ciel, on sait que les bondieuseries dans ce domaine ont un taux de réussite très aléatoire

Interpol (Barricade) – Entre Fresno et King’s Canyon, Road 180 ou Highway 99.
Napo au volant, c’est toute une histoire. Le son doit être bon, coûte que coûte, par contre l’itinéraire, c’est secondaire. On s’emmêle les pinceaux, le soleil au zénith ne nous est d’aucune utilité pour la navigation. Ne reste plus qu’à s’arrêter dans un restaurant de burritos pour demander notre route. Un mec mettra son sandwich de côté pour dégainer le GPS sur son portable et nous remettre dans le droit chemin.

Linkin Park (Numb) – Sequoia Park, quelque part sur la Road 190.
On a vu des ours. On a vu un coucher de soleil de malade. On sait qu’en rentrant de nuit au camping, on va galérer à faire cuire nos pâtes (l’expérience de faire bouillir de l’eau sur un barbecue s’est avérée non concluante). Alors on lâche un peu de lest et on retombe dix ans en arrière en faisant le tour de ce qu’on écoutait à l’époque. Évidemment ce petit Linkin Park a fait un carton dans notre karaoké improvisé. Jusqu’à ce qu’on manque de peu de taper une biche à la sortie d’un virage… L’insouciance adolescente, ça déconcentre !

IMGP2363

Paolo Nutini (Trouble So Hard) – Entre Sequioa Park et Three Rivers, Road 198.
L’enfant prodigue nous guide à merveille dans les lacets à flanc de coteau à la sortie de Sequoia Park. La voiture descend au rythme des coups de freins. Ça donne un peu la gerbe,  les oreilles se bouchent, mais on arrive encore à profiter des ondes positives de l’Écossais.

Le seul local qu’on ait pris en route n’avait ni bras ni pouce pour faire de l’auto-stop

Allah-Las (Catamaran) – Entre Lemoore et Paso Robles, Highway 41.
Le vent dans le dos, le rock californien dans les écoutilles : pas de doute, on prend le chemin de l’océan. L’un d’entre nous a laissé en chemin son sac à dos au dernier stop, contenant son passeport bien évidemment, mais il ne le sait pas encore et n’est pas prêt de s’en préoccuper. Faut dire que les champs de céréales tannés par le soleil autour de nous font tout oublier.

Orelsan (Suicide Social) – Entre Paso Robles et Cambria, Highway 46.
Dans notre petit habitacle motorisé, à la fois carapace et barrière contre le monde extérieur, le seul local qu’on ait pris en route n’avait ni bras ni pouce pour faire de l’auto-stop. Et pour cause : c’est une pomme de pin géante ramassée dans le Sequoia Park. Adieu les conventions sociales. Pour la petite histoire, nous l’avons abandonnée dans un bac à fleur à l’entrée d’un hôtel de luxe de San Francisco, au milieu des siens.

Kanye West (Lost In The World – Who Will Survive In America ?) – Entre le Hearst Castle et San Simeon, Highway 1.
La grandiloquence américaine à l’état pur. Nous avons laissé notre carrosse sur le parking en bas du château du magnat de la presse William Hearst, temple du mauvais goût et pièce d’un patrimoine historique que l’Amérique essaye de se construire. Quand nous, Européens, y voyons une vaste blague, les locaux ont les yeux qui brillent. Ça ressemblerait donc à ça le choc culturel ?

Metronomy (Loving Arm) – Big Sur, Highway 1.
La brume, les mouettes, l’océan agité… On ne serait pas dans les Cornouailles ? Beaucoup d’écrivains américains comme Henry Miller aimaient se lover dans les bras de Big Sur pour sa quiétude, sa beauté, son isolement et son climat vivifiant. D’autres ont vécu leur expérience ici comme un enfer, Jack Kerouac le premier, et se sont murés comme des ermites en désintox dans une petite cabane sous un pont. Chacun son choix.

IMGP2490

Thylacine (Mountains) – Entre Big Sur et Julia Pfeiffer Burns State Park, Highway 1.
« Ici le temps est suspendu, comme le brouillard au sommet de la montagne. Nous sommes encerclés par la montagne. Indestructibles. Infranchissables ». Les phrases déclamées en introduction du morceau d’un petit génie de l’électro française ne pouvaient pas mieux tomber.

Kid Wise (Ocean) – Entre Carmel et Santa Cruz, Highway 1.
Avec les seules innocence et insouciance pour carburant, nous atteignons enfin notre but : la baie de San Francisco. Les plans plus ou moins galères, mais surtout les expériences, les rencontres et les paysages incroyables restent scotchés au rétroviseur. Bordel, que ça claque !

Bonus : Björk (Stone Milker) – Suggéré partout, mais écouté nulle part.
Que les produits islandais soient mis de côté pour l’Islande !

Sélection musiques et textes par Mat
Photos de Napo

< Revenir à la Face A

Une réponse à Autoradio – Face B

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s